La question des nationalités

Collection : « Mille marxismes »

Auteur-e : Otto Bauer

Parution : Avril 2017
Pages : 660
Format : 150 x 210
ISBN : 978-2-84950-549-6

28,00 €

Présentation

Catalogne, Pays basque, Écosse, Corse, Kurdistan, Tibet…, partout dans le monde, et particulièrement en Europe, la question des nationalités agite les peuples et défient les États qui la nient ou la répriment sans succès. Certains pouvaient espérer qu’à l’heure la mondialisation libérale, le sentiment d’appartenance à une histoire, une culture, un destin commun en un mot le sentiment national allait se dissoudre. Il n’en est rien.
La question nationale est un des faits sociaux les plus complexes qui soient. Les tenants actuels de la République unique et universelle ou même de la monarchie constitutionnelle la réduisent à une arriération culturelle corrosive du dit « vivre ensemble ». Pour Otto Bauer, la pleine réalisation de droits des peuples, fussent-ils minoritaires ou sans territoire, est la condition nécessaire à l’émancipation de tous et à la disparition des nationalismes régressifs.
Le dépassement du particulier national dans l’universel cosmopolite ne peut se faire dans la négation des traits distincts qui fondent les différentes collectivités humaines. Un nouvel espace est à construire où, sous la poussée de la lutte des opprimés, les droits des uns sera une nécessité pour la réalisation de ceux des autres. L’accession à l’universel commun est fondée sur la reconnaissance de droits particuliers.
Écrit dans les premières années du 20e siècle, dans un empire austro-hongrois aux prises avec les aspirations des multiples nationa­lités, La question des nationalités d’Otto Bauer prend sa place au cœur des luttes des peuples dominés, des controverses naissantes sur l’impérialisme, des débats entre les solutions territoriales sous forme de droit à l’autodétermination et l’internationalisme utopique qui confine au cosmopolitisme naïf.
Otto Bauer étudie l’émergence du concept et du phénomène de nation. La nation est ainsi perçue comme une réalité historique en perpétuel devenir. Refusant de faire de la langue ou du territoire les éléments consti­tutifs d’une nation, il y voit une communauté de caractère fondée sur une communauté de culture, issue d’une communauté de destin. Aux pronostics d’Engels, prévoyant leur disparition, Bauer op­pose sa thèse du réveil des peuples sans histoire et de leur épa­nouissement sous le socialisme.
Dégagé de son contexte, cet ouvrage montre que le marxisme peut répondre à la question nationale et au-delà, sa lecture stimulante conserve une étonnante actualité, face à des situations contemporaines de plus en plus brûlantes.
Traduit dans de nombreuses langues, dont l’occitan, l’ouvrage ne paraît en français qu’en 1987, quatre-vingts ans après sa parution en allemand. Introuvable depuis longtemps, cette réédition vient combler un manque.

Il reste une référence mondiale pour décrypter cette question des nationalités qui ne passe pas.

Autres ouvrages à découvrir dans le même thème

Question juive/Question noire

Question juive/Question noire

Léon Trotsky

11,00 €

Un universalisme si particulier

Un universalisme si particulier

Christine Delphy

22,50 €

Sur la question noire

Sur la question noire

C. L. R. James

15,00 €

Race et capitalisme

Race et capitalisme

Stella Magliani-Belkacem

7,00 €