La révolution comme horizon

Syndicalistes révolutionnaires, communistes et libertaires en Anjou (1914-1923)

Collection : « Avant-première »

Auteur-e : Frédéric Dabouis

Parution : Novembre 2022
Pages : 540
Format : 150 x 210
ISBN : 979-10-399-0072-0

25,00 €

Présentation

À rebours de l’idée selon laquelle le communisme aurait été une « greffe » effectuée sur le mouvement ouvrier français à la suite de la révolution russe de 1917, ce livre montre comment, au niveau local, comme au niveau national ou international, des hommes et des femmes ont réagi aux horreurs de la guerre de 1914 et aux injustices sociales pour tenter de donner une traduction politique, à la fois révolutionnaire et institutionnelle, à leurs aspirations à une autre société.
L’auteur nous conduit dans les arcanes d’une convergence, qui a conduit des militant·es aux traditions différentes, habitués à se disputer, à se rapprocher, et à fonder un parti, le Parti communiste, tout en continuant à se disputer. Il s’agissait de réaffirmer les bases d’un socialisme révolutionnaire et internationaliste mis à mal par les renoncements et les ralliements à l’Union sacrée d’août 1914.
Une telle convergence radicale dans le cours d’un conflit mondial et d’une révolution sociale à portée universelle ne pouvait, paradoxalement, que mener à une fracture durable du mouvement ouvrier.
Si le congrès de Tours, qui consacre la scission entre Parti socialiste-SFIO et Parti communiste, en est l’expression la plus visible, elle n’est pas, et de loin, la seule. C’est à ce processus de fermentation-formation de ce nouveau parti que s’attache ce livre.
La période étudiée commence par l’entrée en guerre en août 1914. Viennent ensuite les années 1919-1920, traversées par des grèves porteuses de grandes espérances sociales et par le débat autour de l’adhésion des syndicats ou du Parti socialiste à l’Internationale communiste. Le livre se termine à la veille de l’année 1924, qui correspond à la fois à la mort de Lénine, aux débuts de la mise au pas russe du Parti communiste, aux premières purges en son sein et à la reconnaissance de l’URSS par la France.

Enfin, et c’est l’originalité de ce livre, l’auteur explore les débuts du Parti communiste en Anjou dans la période qui précède la stalinisation, c’est-à-dire la caporalisation du PCF et de la CGTU.

Autres ouvrages à découvrir dans le même thème

Guerre froide, grèves rouges

Guerre froide, grèves rouges

Robert Mencherini

26,00 €

Instituteurs et institutrices syndicalistes (1944-1967)

Instituteurs et institutrices syndicalistes (1944-1967)

Robert Hirsch

23,00 €

Les deux âmes du socialisme

Les deux âmes du socialisme

Hal Draper

20,00 €

Le socialisme malade de la social-démocratie

Le socialisme malade de la social-démocratie

Mateo Alaluf

18,00 €