Manuel de grammaire non sexiste et inclusive

Le masculin de l'emporte plus!

Collection : « Nouvelles Questions Féministes »

Auteur-e(s) : Michaël Lessard, Suzanne Zaccour

Parution : Février 2018
Pages : 192
Format : 150 x 210
ISBN : 978-2-84950-651-6

15,00 €

Présentation

Un tabouret et mille femmes sont pris en photo.
Eh oui, en français, le masculin l’emporte sur le féminin même lorsque des humaines côtoient des objets !
Cette logique tordue n’est pas intrinsèque à la langue française. Elle est le fruit d’une lutte menée aux 17e et 18e siècles contre le féminin – et contre les femmes – par les « autorités » linguistiques.
En effet, dans le passé, on accordait une phrase selon le genre du mot le plus proche (accord de proximité). Ainsi, des hommes et des femmes pouvaient se montrer généreuses.
Ce n’est plus le cas aujourd’hui puisque le masculin, en tout temps, doit l’emporter. Le masculin a été décrété générique comme dans l’expression « droits de l’homme », caractéristique attribuée à la construction d’une langue, alors qu’en réalité l’usage en a été délibérément masculinisé.
Des mots comme autrice, professeuse, philosophesse et capitainesse ont été relégués aux oubliettes, car les femmes n’étaient pas aptes à exercer de telles fonctions, seuls les hommes le pouvaient, prétendait-on.
On a donc décrété que ces mots devaient disparaître, effaçant ainsi de notre histoire les femmes qui osaient penser, créer et agir.
Depuis, on ne cesse d’inventer de nouveaux mots féminins, comme auteure et professeure, pour décrire la réalité telle qu’elle est au grand dam des cerbères des académies de la langue qui résistent à la féminisation de toutes leurs forces en déclin.
Comment écrire et parler de façon non sexiste ? Michaël Lessard et Suzanne Zaccour proposent différentes façons de le faire, évaluant les avantages et les inconvénients de chacune d’elles.
Leur livre n’impose pas de règles grammaticales. En fait, il est une invitation à apprendre, à désap­prendre, à critiquer, à discuter et à oser se lancer à la recherche de la langue des femmes.
C’est en cela que c’est un véritable manuel proposant à ce titre des exercices, des entraînements et des corrections.

Les lecteurs et les lectrices, les enseignant-es, celles et ceux qui rédigent textes et articles y trouveront matière à réfléchir à notre langue pour l’adapter aux évolutions sociales et à la nécessaire construction de l’égalité entre les femmes et les hommes, y compris dans les formes d’expression langagières.

Commentaires

Une coédition avec M Éditeur (Québec).